Grâce et dénuement, d’Alice Ferney

Grâce et dénuement. de Alice FerneyUne famille de Gitans installée sur un terrain vague en banlieue parisienne rencontre une bibliothécaire animée par la passion des livres. Elle saura vaincre les réticences des adultes et surtout d’Angéline, la grand-mère analphabète, afin d’apprendre aux enfants le plaisir de lire.

On ne peut s’empêcher de penser au renard et au Petit Prince, en voyant cette bibliothécaire s’approcher toujours plus prêt du camp, pour lire des histoires aux enfants : dans sa voiture, puis sur le terrain vague, et puis dans une caravane… Ce sont des moments d’émerveillement précieux, hors du temps. La bibliothécaire remplit à la lettre son rôle de passeur, elle est une fenêtre dans un monde d’exclusion, de violence et de dénuement. Mais pas d’angélisme pour autant : cette histoire est celle d’une rencontre, une vraie, dans un monde cloisonné tel que le nôtre. L’écriture est vivante, touchante, toujours juste. C’est un vrai coup de coeur.

Alice Ferney, Grâce et dénuement, Flammarion, 2004, 9782080721976