Les trois vies d’Antoine Anacharsis, d’Alex Cousseau

Les trois vies d'Antoine Anacharsis par CousseauL’histoire commence alors que le héros, Taan, ou Antoine, est lové dans le ventre de sa mère. Arraché à son île natale, celle-ci est vendue comme esclave. Commence alors pour Antoine un voyage à travers les océans et les continents, un long voyage guidé par un médaillon mystérieux, à la recherche du trésor de son ancêtre, le pirate Olivier Levasseur.

« Je vais naître trois fois. A l’âge de 16 ans, on me tranchera la langue, mais rien ne m’empêchera de raconter mon histoire jusqu’au bout. Rien ni personne. Je vivrai. Je mourrai, et puis je renaîtrai. »

Antoine commence à nous parler lové dans le ventre de sa mère. Et cette voix, mêlée à la voix maternelle, devient le fil de cette épopée : c’est le fil qui relie Antoine à ses ancêtres et à une île perdue dans l’océan Indien, le fil qui l’entraîne à la recherche d’un trésor perdu. Cette quête le mène à travers les continents et les mers du Sud, jusqu’à la déraison… et jusqu’au seuil de l’âge adulte. Et quand Antoine se tait, au terme de ce roman initiatique envoûtant, la puissance et la poésie de son histoire continuent longtemps d’habiter le lecteur.

Alex Cousseau, Les trois vies d’Antoine Anacharsis, Rouergue, 2011, 9782812604355