Mudwoman, de Joyce Carol Oates

Mudwoman par OatesAbandonnée par sa mère à demi-folle au milieu des marais de l’Adirondacks, Mudgirl, l’enfant de la boue, est sauvée on ne sait trop comment, puis adoptée par un brave couple de Quakers qui l’élèvera avec tendresse en s’efforçant toujours de la protéger des conséquences de son horrible histoire. Plus tard, devenue présidente d’une prestigieuse université, elle se sent soudain épuisée par la conception trop rigide qu’elle se fait de sa charge ; tourmentée, inquiète, elle est dépassée par des défis qui la rongent. Alors elle retourne sur les lieux de son enfance, dans une tentative désespérée de retrouver un peu d’équilibre…

Comment survivre à l’absence d’amour, au rejet le plus total ? Dans un thriller psychologique incroyablement maîtrisé, les chapitres consacrée à Mudgirl et Mudwoman alternent ; mud, c’est la boue en anglais. Toujours désignée ainsi en titre de chapitre, elle reste, malgré ses responsabilités, son prestige social, ses parents adoptifs aimants, elle reste malgré tout cela l’enfant de la boue. Une grande claque littéraire et l’une de mes meilleures lectures depuis longtemps !

Joyce Carole Oates, Mudwoman, Points, 2014, 9782757840630

Publicités