Le voile noir, d’Anny Duperey

Le voile noir par Duperey« J’avais pensé, logiquement, dédier ces pages à la mémoire de mes parents – de mon père, surtout, l’auteur de la plupart des photos, qui sont la base et la raison d’être de ce livre. Curieusement, je n’en ai pas envie. Leur dédier ce livre me semble une coquetterie inutile et fausse. Je n’ai jamais déposé une fleur sur leur tombe, ni même remis les pieds dans le cimetière où ils sont enterrés. Sans doute parce que obscurément je leur en veux d’avoir disparu si jeunes, si beaux, sans l’excuse de la maladie, sans même l’avoir voulu, quasiment par inadvertance. C’est impardonnable.Mon père fit ces photos. Je les trouve belles. Il avait, je crois, beaucoup de talent. J’avais depuis des années l’envie de les montrer. Parallèlement, montait en moi la sourde envie d’écrire, sans avoir recours au masque de la fiction, sur mon enfance coupée en deux. Ces deux envies se sont tout naturellement rejointes et justifiées l’une l’autre.Ces photos sont beaucoup plus pour moi que de belles images, elles me tiennent lieu de mémoire. J’ai le sentiment que ma vie a commencé le jour de leur mort – il ne me reste rien d’avant, d’eux, que ces images en noir et blanc. »

Autrefois on ne savait pas comment parler aux enfants de la souffrance, du malheur, des larmes. Alors on n’en parlait pas… Un voile pudique recouvrait tout et le chagrin se taisait. Dans ces conditions, comment faire son deuil quand on est une fillette ? Comment grandir avec ce manque ? Ce livre très intime, très personnel, n’est pas un roman. C’est le récit d’une perte, et d’une reconstruction. Car écrire même permet de creuser la mémoire, pour retrouver le souvenir des parents disparus.Autrefois on ne savait pas comment parler aux enfants de la souffrance, du malheur, des larmes. Alors on n’en parlait pas… Un voile pudique recouvrait tout et le chagrin se taisait. Dans ces conditions, comment faire son deuil quand on est une fillette ? Comment grandir avec ce manque ? Ce livre très intime, très personnel, n’est pas un roman. C’est le récit d’une perte, et d’une reconstruction. Car écrire même permet de creuser la mémoire, pour retrouver le souvenir des parents disparus.

Anny Duperey, Le voile noir, Seuil, 2006, 9782021077735

Publicités