Sacrifice à la lune, de Marcus Sedgwick

sacrifice à la luneLa rumeur dit que sur l’île de Blessed, les habitants ne vieillissent pas, qu’il n’y a plus de naissances. En s’y rendant pour un reportage, Eric ne sait pas encore qu’il va être l’acteur involontaire d’une tragédie qui plonge ses racines dans la nuit des temps. Destins liés à travers les siècles, Merle et Eric, tour à tour amants, frère et sœur, mère et fils se retrouvent au cœur d’aventures saisissantes. Inexorablement, la malédiction antique s’accomplit, sept fois.

Sept époques, sept parties, divisées en courts chapitres, concis et percutants, le tout dans une construction à rebours du temps. Sept lunes, correspondant chacune aux travaux des hommes, évoquant les saisons qui toujours reviennent. Sept fois on retrouve Eric et Merle, sept fois, dans des configurations différentes, une même destinée semble s’accomplir. Le lecteur un peu dérouté d’abord par la construction narrative, se laisse emporter par les images charriées par le récit, par les liens qui se tissent entre les époques, par la magie brute du mystère. Jusqu’à l’origine, obscure et barbare, de cet amour tragique.

Marcus Sedgwick, Sacrifice à la lune, Thierry Magnier, 2013, 978-2-36474-301-4

Publicités