Trois contes cruels, de Perceval Barrier et Matthieu Sylvander

3 contes cruels par SylvanderTrois courtes histoires mettent en scène des légumes dans un potager. Dans la première, de naïfs poireaux se font embobiner par une vache, qui prétend être un renne du père Noël. Dans la 2e, les carottes, bien décidées à ne pas se faire avoir comme les poireaux, tentent une évasion… qui tourne au fiasco, à cause de leur ignorance. La dernière histoire est une parodie de Roméo et Juliette… qui se termine, comme son titre l’annonce, par une macédoine  !

Humour et dérision sont au rendez-vous. Le lecteur rit de la crédulité des légumes qui ne connaissent rien du monde… Les poireaux prennent une vache pour un renne  ! Les rôles traditionnels sont bousculés  :  vache et lapins, habituellement victimes, deviennent des prédateurs… sans parler des légumes qu’on n’a pas l’habitude de voir endosser des personnages. C’est d’ailleurs l’occasion pour l’auteur d’abuser d’expressions (« les carottes battent des mains ») tout en soulignant qu’elles sont inappropriées. (« sauf qu’ elles n’ont pas de mains »)… Un régal  !

Perceval Barrier, Matthieu Sylvander, Trois contes cruels, Ecole des loisirs, 2013, 9782211213944

Publicités

Une réflexion sur “Trois contes cruels, de Perceval Barrier et Matthieu Sylvander

Les commentaires sont fermés.