La survie de l’espèce, de Paul Jorion et Grégory Maklès

La survie de l'espèce par JorionSi l’on en croit Paul Jorion, l’économie est une chose trop sérieuse pour être laissée aux mains des seuls économistes !

Un joli essai sous forme de BD, percutant et cynique, qui introduit les candides aux égarements du capitalisme contemporain.

Retraçant l’histoire de la domination, et comment les dominés l’acceptèrent (« la fabrication du consentement »), l’anthropologue Paul Jorion analyse les incohérences du système capitaliste. Il décrit les mécanismes d’une crise spéculative, et les personnages de Maklès, relevants de la caricature mordante, servent ce discours pédagogique ; le capitaliste est le bonhomme du Monopoly, l’industriel est un militaire qui obéit aux instructions, quant à l’employé, il est représenté sous les traits d’un célèbre bonhomme en plastique, sans oublier l’ouvrier que l’on voit comme un cheval de trait, bête de somme…

Beaucoup d’humour pour ce travail de vulgarisation, même si, au final, les perspectives ne semblent pas très roses !

Paul Jorion, Grégory Maklès, La survie de l’espèce, Futuropolis, 2012, 978275480725X