Agatha, de Françoise Dargent

Agatha par DargentAgatha vit seule avec sa mère depuis la mort de son père. Elle s’ennuie. Alors elle lit. Tout ce qui lui tombe sous la main. Surtout des romans policiers. Elle lit, et elle imagine des histoires de meurtre et de disparition. Livre après livre, rêve après rêve, elle grandit. Paris, l’Egypte : Agatha brûle de voir le monde. Elle a soif de goûter à tout ce que la vie peut lui offrir. Plus tard, Agatha Miller prendra sa plume pour écrire.
Son premier roman policier sera signé Agatha Christie.

C’est le roman d’un passage à l’âge adulte, celui d’Agatha Christie. Qu’a-t-elle vécu, avant d’écrire son premier roman ? Comment devient-on la reine du crime ? La jeune Agatha s’ennuie avec sa mère, sa soeur, qu’elle adore, a désormais sa propre vie, et ses amies ne pensent qu’à se marier. Si elle ressent les premiers émois amoureux, le mariage n’est pas la carrière à laquelle se destine Agatha. Elle veut exister pour elle-même, et pourquoi pas devenir chanteuse ?

On rencontre dans ce roman une adolescente timide, curieuse, qui découvre les romans sentimentaux mais vénère Sherlock Holmes (un homme malheureusement !). Ses questions sur son avenir sont à replacer dans le contexte de l’époque : au début du 20e siècle, les femmes ne peuvent pas penser sérieusement à mener leur vie comme elles l’entendent… Et pourtant, la détermination d’Agatha grandit, avec le soutien bienveillant de sa famille : elle trouve peu à peu son propre chemin…

J’ai apprécié dans ce roman les clins d’oeil à l’oeuvre de la romancière, comme les dix petites statuettes sur la cheminée de sa grand-mère qui renvoient aux « Dix petits nègres ». Un roman agréable et très documenté.

Françoise Dargent, Agatha, Hachette, 2016, 9782012270085

Publicités