Les autodafeurs, tome 1, de Marine Carteron

Les autodafeurs, tome 1 : Mon frère est un gardien par Carteron« Je m’appelle Auguste Mars, j’ai 14 ans et je suis un dangereux délinquant. Enfin, ça, c’est ce qu’ont l’air de penser la police, le juge pour mineur et la quasi-totalité des habitants de la ville. Evidemment, je suis totalement innocent des charges de « violences aggravées, vol, effraction et incendie criminel » qui pèsent contre moi mais pour le prouver, il faudrait que je révèle au monde l’existence de la Confrérie et du complot mené par les Autodafeurs et j’ai juré sur ma vie de garder le secret.
Du coup, soit je trahis ma parole et je dévoile un secret vieux de vingt-cinq siècles (pas cool), soit je me tais et je passe pour un dangereux délinquant (pas cool non plus). Mais bon, pour que vous compreniez mieux comment j’en suis arrivé là, il faut que je reprenne depuis le début, c’est-à-dire, là où tout a commencé ».

Je n’ai pas franchement été convaincue par ce premier roman. La vie d’Auguste bascule quand son père est assassiné. Il découvre que sa famille est liée à une guerre secrète qui dure depuis l’Antiquité. Il doit déménager pour aller vivre dans la maison où son père a grandi et où vivent ses grands-parents. Les débuts d’Auguste dans son nouveau collège tout comme le combat mortel entre templiers et autodafeurs sont bourrés de clichés. L’amateur de romans d’action ne sera pas déçu, car le roman n’en manque pas. Mais il reste d’une grande banalité. Le seul point positif c’est le personnage de Césarine, la soeur d’Auguste. Autiste, elle porte une des deux voix narratives, et cette partie du récit est bien plus originale que le reste, tant les réflexions, remarques et actions de la jeune fille sortent de l’ordinaire. Elle attise la curiosité du lecteur et fait partager une vision du monde très perspicace. Rien que pour Césarine ça vaut le coup de se laisser tenter.

Marine Carteron, Les autodafeurs, tome 1 : mon frère est un gardien, Rouergue, 2014, 978 2812606673