A la dure, de Rachel Corenblit

À la dure par CorenblitArthur est un bon élève, sérieux, appliqué, discret. Il rêve de devenir médecin. Ennuyeux à mourir, dirait sa grande soeur, So. So, elle défie le monde, elle n’a peur de rien. Alors quand elle revient un beau jour, après des années sans nouvelles, et demande à Arthur de l’aider, il ne peut pas refuser. Ils vont profiter de l’absence de leurs parents pour que So fasse une désintox à maison, “à la dure”. Pas de clinique, pas d’aide extérieure. Juste Arthur et du courage. Six jours vont s’écouler, pendant lesquels ces frère et soeur vont s’épauler, souffrir, se haïr parfois. Mais surtout se retrouver, après de longues années loin l’un de l’autre.

Le sevrage n’est pas un thème très courant dans la littérature jeunesse, et il donne ici une dimension très forte à la relation entre frère et soeur. Arthur est prêt à tout tenter pour sauver sa soeur, sa détermination donne son intensité au roman. Epuisé physiquement, éprouvé moralement, Arthur est traversé par des sentiments et émotions contradictoires, parmi lesquels l’espoir n’est pas des moindres. Un roman court et juste.

Rachel Corenblit, A la dure, Actes Sud, 2017, 9782330073585

Publicités