Grosse folie, de Raphaëlle Frier

Elle
Mon souci à moi, c’est une masse de graisse. Presque vingt kilos de chair en trop, des pneus autour du ventre, des fesses qui débordent des chaises, des troncs à la place des jambes, des doigts comme des boudins apéritif, un visage rond comme la lune…
Lui
Ma mère, elle a déjà fait son deuil du fils idéal. Le « populaire », le beau gosse qui en impose, le sportif dynamique qui sent le gel douche quand il part au lycée. Le jeune qui sort en boîte et emballe les filles sans se poser de questions. 

Un roman prenant sur l’amour et toutes les émotions qu’il génère… Chloé est grosse et se déteste. Quentin, lui, ne s’aime pas beaucoup non plus, mais la trouve charmante. Ils s’aiment, mais ce n’est pas si simple ; car comment aimer quand on ne s’aime pas soi-même ? Culpabilité, doute, les émotions sont intenses et feront certainement écho chez le lecteur. Une écriture fluide, alternant les deux points de vue, dans un roman qui appelle le lecteur à s’assumer et admettre la différence.

Raphaëlle Frier, Grosse folie, Talents hauts, 2017, 978-2-36266-190-7

Publicités

L’anneau de Claddagh, tome 1, de Béatrice Nicodème

Dans l’Irlande du milieu du 19e siècle, Keira est une jeune servante, au service d’une riche famille anglaise. Lors d’une soirée où elle conte des légendes irlandaises aux lords et à leurs invités, elle fait la rencontre de sir Arthur, un jeune héritier dont elle tombe amoureuse. Leur relation dure peu car Arthur part du jour au lendemain sans donner de nouvelles. Keira s’investit alors pour protéger une famille de paysans affamée depuis que les récoltes de pommes de terre ont été dévastées par le mildiou. Elle n’oublie pourtant pas Arthur et rêve de partir à son tour…

En 1846, frappés par le typhus ou la famine, les Irlandais s’embarquent par milliers vers les Etats-Unis. Ce contexte historique, très présent dans le roman, gagne en profondeur grâce à la peinture faite de l’Irlande : chants en gaélique, paysages, traditions et croyances dépaysent le lecteur. Sans oublier le fameux anneau qui donne son titre à la série; il a été transmis à Keira par sa grand-mère, et renferme un pouvoir tout particulier. Il teinte le récit d’une coloration légèrement fantasy qui cadre complètement avec l’ambiance irlandaise.

Keira est une héroïne attachante : jeune fille sensible, courageuse et indépendante, elle perçoit les injustices qui l’entourent. Le fossé entre pauvres et riches est béant dans ce roman, qui dénonce l’indifférence des riches. Bien plus que l’histoire d’un amour impossible, c’est le riche tissu d’une jeune vie qui est tressé dans ce premier tome, dont on a hâte de découvrir la suite !

Beatrice Nicodème, L’anneau de Claddagh, tome 1 : Seamrog, Gulf Stream, 2015, 9782354882491

Roi Ours, de Mobidic

ROI OURS C1C4 OK.inddXipil est une jeune fille de chef promise au sacrifice par son propre père au dieu Caïman. Mais Roi Ours ne voit pas les choses de la même manière, libère la jeune fille et l’emmène avec lui. En agissant ainsi, Roi Ours « vole » son offrande au reptile. C’est à lui que la vie de Xipil revient de droit. Trouver un arrangement sera difficile et Caïman compte bien en tirer le maximum de profit.

Tribus indiennes, rituels de sacrifice, divinités animistes peuplent ce conte cruel, où animaux, humains et dieux se le disputent en brutalité et mesquinerie. Des dialogues enlevés et des personnages atypiques (comme la Mère des Singes) accentuent le dépaysement du lecteur, plongé dans un univers très riche. Le découpage cinématographique du récit, et ses multiples rebondissements font qu’on ne s’ennuie pas un instant. Le dessin est magnifique, les lumières et les couleurs sont parfois sensuelles et douces, parfois oniriques… la nature occupe une place centrale et donne une grande profondeur à cette BD.

Mobidic, Roi Ours, Delcourt, 2015, 978-2-7560-3425-6

Le copain de la fille du tueur, de Vincent Villeminot

Charles vient d’intégrer un internat pour « gosses de riches » perdu au cœur des montagnes suisses. Avec Touk-E. son coloc, ils font les quatres cents coups pour tuer le temps… Jusqu’à l’arrivée de Selma. Cette fille mystérieuse, solaire, solitaire… et fille d’un célèbre trafiquant de drogue.

Voilà un roman inclassable : ça commence comme une comédie, avec Charles et Touk-E qui multiplient les âneries dans leur internat, ça se poursuit comme une romance, lorsque Selma débarque et qu’elle éblouit Charles, et ça se termine en thriller à la Tarantino, bain de sang inclus… Le titre est déroutant, comme l’est l’intrigue. Mais si on passe sur quelques détails peu réalistes, la recette fonctionne. L’écriture et les chapitres courts entraînent le lecteur, faisant oublier rapidement des moments de perplexité. Le personnage de Touk-E est particulièrement attachant et dévoile une profondeur et un sens de l’amitié inattendus. Un bon moment de lecture.

Vincent Villeminot, Le copain de la fille du tueur, Nathan, 2016, 9782092565223

L’Héritière (tome 1), de Mélinda Salisbury

Melinda Salisbury - L'héritière.Twylla, dix-sept ans, est une élue, l’incarnation de la fille du dieu de la vie et de la déesse de la mort. Depuis ses treize ans, elle vit dans le château de Lormere où, bien qu’elle soit promise au prince, elle ne participe pas comme les autres à la vie de la cour. Car Twylla est, en quelque sorte, le bourreau de la reine. Nourrie chaque mois d’un poison mortel contre lequel elle est immunisée, elle exécute les traîtres du royaume. Simplement en les touchant. Ce statut l’affige au plus haut point – et l’isole cruellement. Alors, quand son nouveau garde, Lief, charmant et rebelle, cherche à se rapprocher d’elle, Twylla se laisse aller aux confidences… et aux sentiments. Mais elle est fiancée au prince, auquel elle se sent liée, et redoute la cruauté de la reine…

Un roman fascinant et très abouti, que je recommande vivement. Poison, mensonges, assassinats, rancunes : tous les ingrédients d’une ambiance médiévale noire et cruelle sont réunis. L’univers créé par l’auteure est très fouillé ; je trouve très intéressant le personnage de la Mangeuse de péchés, qui dévore les fautes commises par les gens après leur décès, sous forme de différents plats. Les personnages sont très riches et travaillés, la méchante reine est ultra-crédible, et tout simplement odieuse. Twylla est très juste en héroïne naïve qui finit par se poser des questions, au coeur d’une intrigue captivante dont les noeuds se resserrent peu à peu, dans un suspens subtil. Bref, une réussite !

Mélinda Salisbury, L’Héritière, tome 1, Gallimard jeunesse, 2015, 978-2-07-066545-7

Alisik (série), d’Hubertus Rufledt et Helge Vogt

Alisik, tome 1 : Automne par Rufledt« Je ne suis plus ! À vrai dire pas encore tout à fait, ce qui fait de moi une post-mortem, du moins c’est ce qu’affirme Mamie Orties ! ». Dans cette tétralogie venue d’outre-Rhin, Alisik découvre que le trépas n’a rien du sommeil éternel. Automne, Hiver, Printemps et Mort sont les 4 tomes de cette série.

Ce qui attire d’abord dans la série Alisik, c’est le graphisme et le livre lui-même. Dessin numérique, couleurs magnifiques dans un livre aux pages noires, l’ensemble est très esthétique. Pour le fond, c’est du gothique sauce Tim Burton. Alisik, tome 2 : Hiver par RufledtAlisik est morte, elle erre dans un cimetière avec de joyeux compagnons en attendant son jugement. Au final, c’est une gentille histoire d’amour, d’amitié et de fantômes. Les situations sont un peu naïves et attendues, mais… on se laisse prendre quand même, (grands) ados que nous sommes !

Hubertus Rufledt et Helge Vogt, Alisik, tome 1 : Automne, le Lombard, 2013, 9782803631075

Alisik, tome 3 : Printemps par RufledtHubertus Rufledt et Helge Vogt, Alisik, tome 2 : Hiver, le Lombard, 2014, 9782803632047

Hubertus Rufledt et Helge Vogt, Alisik, tome 3 : Printemps, le Lombard, Alisik, tome 4 : La Mort par Vogt2014, 978280363371X

Hubertus Rufledt et Helge Vogt, Alisik, tome 4 : la Mort, le Lombard, 2015, 9782803635208

Tes mots sur mes lèvres, de Katja Millay

Tes mots sur mes lèvres par MillayJe m’appelle Nastya. Voilà 452 jours que je ne parle plus. À personne. Depuis que quelqu’un m’a volé ma vie et ma seule passion. Dans mon nouveau lycée, personne ne sait qui je suis et tout le monde me fuit. Sauf Josh Bennett. Il est toujours seul, comme moi. Un jour, il me parle. Et ma vie change. Encore une fois.

Un roman plaisant et agréable, une jolie histoire de reconstruction après des événements traumatisants. Nastya rencontre Drew, puis Josh. Commence alors un long apprivoisement, qui marque le début de l’acceptation et de la libération de la parole pour Nastya. La narration alternée enrichit le récit et permet de mieux comprendre les deux personnages principaux.

Les relations de Nastya avec Josh et Drew sont de l’ordre de l’amitié / amour, et même si le lecteur devine assez vite quelle grande histoire d’amour se construit sous ses yeux, cette ambiguïté est un des points forts du roman. Elle permet d’entretenir l’intérêt du lecteur qui sans cela le trouverait peut-être un peu long…

Une lecture agréable pour se réchauffer au coeur de l’automne.

Katja Millay, Tes mots sur mes lèvres, Fleuve Editions, 2014, 9782265097942

Prends ta pelle et ton seau, et va jouer dans les sables mouvants, d’Hervé Giraud

Hervé Giraud - Prends ta pelle et ton seau et va jouer dans les sables mouvants.Voilà un court roman corrosif et léger, comme on les aime ! Et pourtant le sujet est plutôt sombre. Le jeune narrateur, Anton Tchekov, est en plein marasme : avec une vie familiale quasi-désertique, il vit dans une ville en pleine désolation, sur une barge près de la voie rapide… Autant dire qu’il est à fond de cale ! Viré du collège, même sa carrière de délinquant ne décolle pas !

Anton est fanfaron, tête à claque, un vrai cliché ambulant… Mais c’est un faux dur ; en réalité, un gamin chiffonné par pas d’enfance, en manque d’amour, touchant. L’auteur, Hervé Giraud, manie un humour féroce doublé d’une grande fantaisie ; et la langue est pleine d’émotions, proche du langage parlé, crue et vitaminée. Un roman pas larmoyant, mais enlevé, et qui se finit par une touche d’espoir.

Hervé Giraud, Prends ta pelle et ton seau et va jouer dans les sables mouvants, Thierry Magnier, 2015, 9782364746718

Le chaos en marche (série), de Patrick Ness

la voix du couteauTodd est le dernier garçon du Nouveau Monde. Tous les autres sont devenus des hommes et dans un mois, le jour de son treizième anniversaire, il deviendra un homme à son tour. Il a toujours vécu avec le Bruit, cette manifestation incessante des pensées de chacun. Le Bruit est la faute des Spackles, les ennemis qui ont répandu le virus du parler, donnant la parole à tous les animaux et tuant toutes les femmes de la planète. Todd n’a toujours connu que cela et il n’a aucune raison de remettre en question l’univers dans lequel il vit. Jusqu’au jour où il trouve un endroit où le Bruit se tait et où il rencontre Viola. Une fille.

Gros coup de coeur pour cette trilogie. Voici une épaisse série de science fiction, sombre, violente, mais aussi remplie d’espoir et porteuse de nombreuses réflexions. Par où commencer, tant elle est foisonnante, complexe, intelligente ?

Intelligence du langage : dans un monde où chacun entend dans sa tête les pensées des autres hommes, Lire la suite

Nous les menteurs, d’Emily Lockhart

Nous les menteursLa famille Sinclair est riche, distinguée. Parfaite. Dans la famille, il y a les grands-parents, qui possèdent une île privée au large de Cap Code. Il y a trois filles, qui ont chacune leur maison sur l’île. Et puis il y a les petits-enfants, parmi lesquels trois beaux et gais adolescents : Mirren, Johnny, et Cadence. Et puis il y a Gat, un ami de Johnny, qui fait partie de la petite bande. Les Menteurs, comme ils se surnomment. Et les vacances sur l’île sont toujours douces et insouciantes.

Sauf que cet été-là, lorsque Cadence revient sur l’île, alors qu’elle a 17 ans, elle ne se souvient que très peu de choses au sujet de son dernier séjour, deux ans auparavant. A part qu’elle a eu un terrible accident et que Lire la suite