Je m’appelle Nako, de Guia Risari et Magali Dulain

Je m'appelle Nako par RisariNako, un petit garçon Rom, vit avec sa famille dans une caravane. Malgré les quolibets de ses petits camarades de classe, Nako est heureux et rêve d’une vie pleine de musique, de chevaux et de liberté.

Nako parle de sa famille, de ses grands-parents, de sa maison qui roule et qui change d’endroit, de la liberté, des chevaux, de la musique. Il décrit son mode de vie avec ses mots et sa candeur d’enfant. Il raconte aussi les préjugés et les comportements hostiles dont il est l’objet, juste parce qu’il est différent. Les illustrations au crayon de couleur, naives et colorées, renforcent le propos. Une force se dégage de cet album. Pour découvrir davantage les gitans, l’auteur nous propose les paroles de leur hymne, Djelem djelem, ainsi que des proverbes roms. Voici mon préféré :

« Je viens je ne sais d’où

Je suis je ne sais qui

Je meurs je ne sais quand

Et je m’étonne d’être heureux »

Guia Risari, Magali Dulain, Je m’appelle Nako, Editions le Baron Perché, 2014, 978-2-36080-099-5

Publicités

Tout est possible mais rien n’est sûr, de Lucile Gomez

Couverture Tout est possible mais rien n'est sûrSes études terminées, Vétille déborde d’énergie et d’envies. Sauver la planète, vivre du dessin sans se faire exploiter… Blottie contre son amoureux, entourée par ses amis, la jeune femme est convaincue qu’un monde meilleur est possible. Mais, de jobs ingrats en stages précaires, ses idéaux de jeunesse vont être mis à mal par le monde des adultes. Heureusement, la nuit, il est permis de rêver…

Ce roman graphique dresse le tableau du passage entre les études et la vie active pour Vétille. Entre rêves et soucis de la vie quotidienne, Lucile Gomez propose une observation perspicace du vécu de toute une génération. Le lecteur est au plus près des préoccupations des jeunes de 25 – 30 ans, entre stage non payé et boulot à la noix, engagements écolos et méandres administratifs, déceptions et utopies… Le tout avec humour et sensibilité, ponctué de pages acquarellées splendides. C’est un festival de saisons et de couleurs étincelantes, un poème aussi à l’amour charnel.

De quoi jeter un regard neuf à cette génération précaire, qui serait peut-être aussi une génération pleine d’envies, de rêves et d’énergie, malmenée par un contexte social et économique plutôt rude…

Lucile Gomez, Tout est possible mais rien n’est sûr, Delcourt, 2015, 978-2-7560-2491-2

 

La pyramide des besoins humains, de Caroline Solé

L’ensemble des besoins des êtres humains peut être classé en cinq catégories. Aujourd’hui, cette théorie est le principe d’un nouveau jeu de télé-réalité : La pyramide des besoins humains. Nous sommes 15 000 candidats, et dans cinq semaines il n’en restera plus qu’un. Et moi dans tout ça ? Disons que je m’appelle Christopher Scott. Disons que j’ai dix-huit ans. Que j’habite sur un morceau de carton, dans la rue, à Londres. Enfin, peu importe mon nom, peu importe mon âge. Je suis le candidat no 12 778. Je n’existe pas encore. Mais je risque fort de devenir quelqu’un, et même quelqu’un de célèbre. Et c’est bien ça le pire.

Une histoire courte et qui marque le lecteur. La pyramide des besoins humains, c’est une théorie de Maslow qui classe les besoins de l’être humain en cinq paliers. A partir de cette pyramide est créé un jeu de télé-réalité. C’est à ce jeu que participe Chrisopher, à la rue depuis presque un an.

Christopher est un personnage attachant, un enfant perdu, brisé, mais qui ne renonce pas à sa liberté. Il participe au jeu tout en le remettant en cause, en le détournant. Il remporte un grand succès auprès du public, alors qu’aucun de ses besoins ne sont satisfaits. Cette contradiction alimente la réfléxion : Christopher permet au public de se donner bonne conscience en votant pour lui… Le décalage entre la vie de SDF et la télé-réalité est flagrant dans ce roman à l’écriture directe, rythmée et sensible. A découvrir absolument !

Caroline Solé, La pyramide des besoins humains, Ecole des loisirs, Collection Medium, 2015, 9782211221979

L’enfant chasseur, d’Adrien Parlange

L'Enfant chasseurUn soir un enfant écoute sa mère lui lire l’histoire de l’enfant chasseur. Il s’endort sans y croire, mais le lendemain, il suit sa trace dans la forêt, interroge les animaux qui pourraient le renseigner et le conduire jusqu’à lui. Ce livre propose au lecteur une relation inédite : être cet enfant en utilisant son portrait pour faire apparaître soi-même l’élément narratif déterminant de chaque page. Les signes laissés par l’auteur dans l’image (croix, rond, boucle, angle droit), permettent par une manipulation simple de placer le transparent de façon à révéler une forme, un personnage, un objet ou même une idée cachés. Cet enfant chasseur n’est-il pas le double sauvage du lecteur ? Un enfant dont la liberté donne à rêver, mais qui cependant ne peut le faire renoncer à la douceur d’une maman et d’un oreiller.

Album découvert au Salon du livre jeunesse de Montreuil. Avec très peu de moyens et de couleurs, dans un style qui évoque Matisse, Adrien Parlange parvient à déployer un monde d’une grande poésie. La lecture est lente, elle se fait par degrés : l’image, puis le texte, et puis la superposition du film au visage en silhouette sur l’image permet de faire apparaître un dessin plus complexe, plus complet. Il apparaît réellement : Lire la suite

Bacha posh, de Charlotte Erlih

Bacha posh par ErlihElle vit comme un garçon, s’habille comme un garçon et passe, aux yeux de tous, pour un garçon. C’est une bacha posh : une de ces filles élevées comme des fils dans les familles afghanes qui n’en ont pas. A la puberté, elle doit redevenir une jeune femme. Mais comment renoncer à la liberté, quand on y a goûté ?

A l’arrivée de ses premières règles, Farrukh devient Farrukhzad, doit abandonner Lire la suite

Zarha’s paradise, d’Amir

Zahra's paradise par AmirSitué en Iran, après l’élection présidentielle frauduleuse de 2009, Zahra’s Paradise est l’histoire fictive (mais fortement inspirée de nombreux témoignages réels) de la recherche de Medhi, un jeune manifestant qui a disparu dans les goulags de la République islamique. Seuls le courage d’une mère refusant d’abandonner son fils et la ténacité d’un frère qui explore les méandres des prisons des ayatollahs se dresseront contre l’horreur et l’injustice d’une telle disparition. Zahra’s Paradise a d’abord été publié sur Internet en une douzaine de langues.

Ce beau roman graphique rend compte des souffrance imposées à la population iranienne, à sa jeunesse en particulier : répression, tortures, menaces, pressions psychologiques, interdictions diverses, restrictions de la liberté d’expression, etc. Il rend compte aussi de l’exaspération, de la révolte des Iraniens, du dynanisme de celle-ci, notamment sur Internet. Enfin il cherche à transmettre la beauté de la culture iranienne et perse, que le régime en place piétine et dévoie. Bravo à cette bande dessinée qui mêle avec talent le tragique d’un destin individuel et le collectif d’un combat politique.

Amir, Zarha’s paradise, Casterman, 2011, 9782203035416

La Déclaration : l’histoire d’Anna, de Gemma Malley

Anna est une « Surplus », une jeune fille qui, selon les lois de la Déclaration, n’aurait pas dû La Déclaration : L'Histoire d'Anna par Malleynaître, et vit enfermée dans un orphelinat en attendant de pouvoir servir une maison de « Légaux » à l’Extérieur. Nous sommes en 2140, et, dans une société où des pilules de Longévité ont donné aux adultes l’immortalité, les enfants n’ont pas de place. Arrive alors Peter, qui va faire découvrir à Anna l’existence d’une résistance, le Réseau Souterrain.

« Ils aiment les choses telles qu’elles sont, immuables, et ils ont peur du changement, alors ils le suppriment. » Un univers très sombre et très cohérent, où les enfants, appelés Surplus, n’ont pas leur place. Malgré quelques lieux communs, ce roman est vraiment prenant et se lit très facilement. L’auteur sait mettre en place un suspense qui s’amplifie chapitre après chapitre.

Le deuxième tome de la série est bien en dessous, malheureusement…

Gemma Malley, La Déclaration : l’histoire d’Anna, Naïve, 2007, 9872350211220

Le combat d’hiver, de Jean-Claude Mourlevat

Le combat d'hiver. de Jean-Claude MourlevatLe combat d’hiver est celui de quatre adolescents, évadés de leur orphelinat-prison, pour reprendre la lutte perdue par leurs parents, quinze ans plus tôt.Ont-ils la moindre chance d’échapper aux terribles  » hommes-chiens  » lancés à leur poursuite dans les montagnes glacées ? Pourront-ils compter sur l’aide généreuse du  » peuple-cheval  » ? Survivront-ils à la barbarie des jeux du cirque réinventés par la Phalange ? Leur combat, hymne grandiose au courage et à la liberté, est de ceux qu’on dit perdus d’avance. Et pourtant.

Ce monde imaginaire, à demi fantastique rappelle à bien des égards les moments noirs du fascisme et du totalitarisme. L’aventure est au rendez-vous, et ce roman sort des sentiers battus de la littérature pour la jeunesse.

Ce roman reçoit le prix Sorcières ainsi que le prix Incorruptibles (en 2008).

Jean-Claude Mourlevat, Le combat d’hiver, Gallimard, 2006, 2070574827