A la dure, de Rachel Corenblit

À la dure par CorenblitArthur est un bon élève, sérieux, appliqué, discret. Il rêve de devenir médecin. Ennuyeux à mourir, dirait sa grande soeur, So. So, elle défie le monde, elle n’a peur de rien. Alors quand elle revient un beau jour, après des années sans nouvelles, et demande à Arthur de l’aider, il ne peut pas refuser. Ils vont profiter de l’absence de leurs parents pour que So fasse une désintox à maison, “à la dure”. Pas de clinique, pas d’aide extérieure. Juste Arthur et du courage. Six jours vont s’écouler, pendant lesquels ces frère et soeur vont s’épauler, souffrir, se haïr parfois. Mais surtout se retrouver, après de longues années loin l’un de l’autre.

Le sevrage n’est pas un thème très courant dans la littérature jeunesse, et il donne ici une dimension très forte à la relation entre frère et soeur. Arthur est prêt à tout tenter pour sauver sa soeur, sa détermination donne son intensité au roman. Epuisé physiquement, éprouvé moralement, Arthur est traversé par des sentiments et émotions contradictoires, parmi lesquels l’espoir n’est pas des moindres. Un roman court et juste.

Rachel Corenblit, A la dure, Actes Sud, 2017, 9782330073585

Publicités

Tabous, de Danielle Thiéry

Dans un hôpital d’Arcachon, une femme et son bébé de 4 mois disparaissent mystérieusement. Le commissaire de la PJ de Paris, Edwige Marion, descend épauler son ancien collègue bordelais, accompagnée d’Alix de Clavery, une jeune psycho-criminologue aux méthodes singulières. L’enfant est retrouvé… sans sa mère. Commence alors une enquête difficile où la spécialiste se heurte aux murs du silence et à la puissances des tabous.

Tabous par ThiéryUn roman policier efficace et nerveux, construit en chapitres courts, énergiques. Deux intrigues au départ séparées qui vont peu à peu se mêler. D’un côté, Truc, un petit voyou un peu largué qui a commis quelque chose (quoi ?) avant de s’introduire chez une vieille dame et de s’y installer. De l’autre, une disparition inquiétante d’une femme et de son bébé dans un hôpital, à quelques kilomètres de là. Une équipe parisienne vient renforcer la police locale pour les retrouver. L’action se déroule sur quelques jours, juste avant et pendant Noël… alors qu’une énorme tempête s’abat, renforçant la noirceur et le sentiment d’urgence. Le temps ramassé du récit, les tensions entre les différentes équipes de policiers, et à l’intérieur même des équipes, où la psycho-criminologue a du mal à s’imposer, l’horreur des faits que l’on découvre peu à peu, la narration précise et très construite font tout l’intérêt de ce roman.

Danielle Thiéry, Tabous, Flammarion, 2016, 9782081377136

Aya et sa petite soeur, de Yoriko Tsutsui et Akiko Hayashi

img_228sAya joue dans la rue devant la maison lorsque sa maman part faire une course. Sa petite sœur Kika est censée dormir mais au bout de quelques minutes elle se réveille. Alors Aya entreprend de s’occuper d’elle : elle lui met ses chaussures et prépare un jeu. Mais pendant qu’elle regarde ailleurs sa petite sœur disparaît ! Paniquée, Aya la cherche à travers la ville.

Des illustrations très douces pour un album tout simple. Aya doit garder sa petite soeur, et lorsque celle-ci disparaît, elle part à sa recherche… On passe de la tristesse à la peur, puis à la joie. Une grande tendresse se dégage de cet album qui plaît aux plus petits.

Yoriko Tsutsui et Akiko Hayashi, Aya et sa petite soeur, Ecole des loisirs, 1988

 

Ma fugue chez moi, de Coline Pierré

Ma fugue chez moi par PierréA quinze jours de Noël, rien ne va plus pour Anouk. Elle s’est vengée de sa copine d’enfance qui la harcelait au collège. Elle a appris que sa mère climatologue prolongerait son séjour en Alaska, les laissant encore une fois seuls pour les fêtes. Elle n’a pas l’âme d’une aventurière mais voudrait changer de vie. Alors d’un coup de tête, elle remplit son sac à dos et s’en va. La journée passant, impossible de trouver à se loger. Solution : fuguer sans bouger de chez elle. Anouk organise sa planque dans un placard sous les toits. Elle descendra du grenier regarder ses mails, piocher dans le frigo et faire sa toilette aux heures de bureau de son père. Le week-end, sa sœur pensionnaire sera là. Ca sera long et difficile. Se sachant recherchée, combien de temps et comment va-t-elle tenir ? Et les siens, comment vont-ils vivre l’absence ?

Ce roman court aborde le thème de la fugue sous un angle original. Anouk, réfugiée dans le grenier, voit vivre son père et sa soeur, et peut se rendre compte de leur inquiétude à son sujet. Elle se pose des questions, elle réfléchit à ses relations à ses proches, à sa mère absente à qui elle en veut, à la souffrance de son père. Elle observe tout cela avec moins de détachement qu’elle ne le voudrait. Elle se replie à l’intérieur de son cocon, comme à l’intérieur d’elle-même, elle sait bien que cela ne peut avoir qu’un temps, mais elle reste là dans ce temps particulier, solitaire et suspendu. Le lecteur s’attache à ce personnage et découvre aussi la jolie relation qui l’unit à Bena sa petite soeur. Une fin plutôt inattendue, ni happy end ni pathétique, finalement proche de la vie réelle, termine ce roman d’une grande justesse.

Coline Pierré, Ma fugue chez moi, le Rouergue, 2016, 978-2-8126-1052-3

 

Tout ce qu’on ne s’est jamais dit, de Céleste Ng

Tout ce qu'on ne s'est jamais dit par NgLydia Lee, seize ans, est morte. Mais sa famille l’ignore encore… Élève modèle, ses parents ont placé en elle tous leurs espoirs. Sa mère, Marylin, femme au foyer, rêve que sa fille fasse les études de médecine qu’elle n’a pas pu accomplir. Son père, James, professeur d’université d’origine chinoise, a tant souffert de sa différence qu’il a hâte de la retrouver parfaitement intégrée sur le campus. Mais le corps de Lydia gît au fond d’un lac. Accident, meurtre ou suicide ? Lorsque l’adolescente est retrouvée, la famille Lee, en apparence si soudée, va devoir affronter ses secrets les mieux gardés.

Lydia est morte, on a retrouvé son corps au fond du lac. Que s’est-il passé ? Qui l’a tuée ? Sa mère en est persuadée, jamais Lydia ne se serait aventurée seule dehors, la nuit. Jamais.

L’origine de cette tragédie s’enracine au coeur même de l’histoire familiale de Lydia, au sein de la rencontre même de ses deux parents. James, son père d’origine chinoise, qui voulait plus que tout s’intégrer, se fondre dans la masse. Maryline, sa mère qui n’a pas pu être médecin. Voilà les trois enfants de ce couple alourdis, lestés des désirs de leurs parents. Et surtout Lydia, si belle, si brillante, qui ne les déçoit pas.

Non Lydia n’était pas seule quand elle est sortie de la maison ce soir-là. Elle est sortie chargée des désirs, des regrets, des renoncements et des attentes de son père, de sa mère. Chargée de l’espoir porté par son frère Nathan, prêt à prendre son envol, et de l’ouverture d’esprit de sa petite sœur Hannah. Elle voulait s’élancer à son tour dans la vie, se libérer des liens qui l’entravaient.

Mais certains liens sont indéfectibles. Une double image symbolise pour moi ces liens familiaux qui à la fois construisent et détruisent: Nathan et Lydia, attachés l’un à l’autre par la cheville au cours d’un jeu d’enfant, et qui chutent à tour de rôle sans parvenir à terminer la course. Nathan qui tend la main à Lydia tombée dans le lac, enfant, et qui la tire vers la rive.

Dans ce roman les liens lient et ligotent. La narration sert totalement l’intrigue, avec une rare subtilité. Subjective, elle passe d’un personnage à l’autre avec fluidité et douceur, sans jugement. Je regrette simplement que les parents de Lydia soient si extrêmes dans leurs attentes, qu’ils ne se remettent pas, ou si tard !, en question. Cela reste cependant un roman inventif, intense et d’une grande qualité.

Céleste Ng, Tout ce qu’on ne s’est jamais dit, Sonatine, 2016, 9782355843678

Zelda la rouge, de Martine Pouchain

Zelda, 16 ans, est en fauteuil roulant depuis qu’une voiture l’a renversée, enfant. Sa sœur Zelda la rougeaînée, Julie, ne pense qu’a la venger et retrouver le chauffard, tandis que Zelda a tourné la page ; pleine d’énergie et de passion, elle se destine à la politique. Les deux soeurs habitent une grande maison quelles partagent avec Jojo, ex-SDF bricoleur et jardinier, et Kathy, quinquagénaire complexée mais joyeuse.
Et puis, Baptiste entre dans leurs vies. Charmant, prévenant, il se rend vite indispensable à leur colocation libre et foldingue…

Pas facile d’aborder le thème du handicap sans sombrer dans le mélo : c’est ce qu’a réussi Martine Pouchain avec ce roman. L’histoire est servie par une écriture énergique et pétillante comme Zelda. Celle-ci est attachante, idéaliste et résolument optimiste. Sa soeur Julie semble, à 20 ans, plutôt dévorée par Lire la suite

Antigone, de Jacques Cassabois

Deux frères s’affrontent et s’entretuent. L’un a droit à des obsèques, et l’autre est livré aux bêtes sauvages. Telle est la décision du roi Créon. Mais leur soeur, Antigone, la fille d’Oedipe, refuse cette loi.

Dans un style accessible, agréable, le mythe d’Antigone retranscrit pour les jeunes lecteurs. Un personnage hors du commun pour sa détermination, son intégrité, son courage, pour qui l’amour est au-dessus de tout le reste. C’est un roman à la fois réaliste et moderne mais qui reste emprunt de poésie.

Jacques Cassabois, Antigone, Livre de poche jeunesse, 2009, 9782013228091

Tout seuls, de Marion Achard

Et Malo grandit d’un coup. Il comprit que sa tête de mule de frangine n’avait que dix ans. Il comprit aussi qu’elle n’avait jamais eu de mère et n’avait pas comme lui ce souvenir précieux et fragile qui lui donnait sa force – et parfois sa révolte. Il comprit surtout qu’elle n’avait plus que lui pour veiller sur elle et qu’il n’avait pas le droit de se tromper ». Un accident et la peur de la séparation les ont mis sur la route. En fuite, en cavale. La route est longue, ils le savent, vers le Sud et leur mère. Malo et Siloa marchent côte à côte. Tout seuls, mais ensemble.Tout seuls par Achard

Un récit captivant, un road movie fraternel, tout en nuances. Malo et sa soeur vont marcher, se disputer, faire de belles rencontres, douter… quoi qu’il arrive ils seront toujours solidaires. Et l’issue du récit ouvre une belle fenêtre sur l’avenir.

Marion Achard, Tout seuls, Actes Sud, 2012, 9782330005368

La face cachée de Luna, de Julie Ann Peters

La face cachée de Luna par PetersDepuis des années, Liam  » emprunte  » les habits et le maquillage de Regan. Dans le secret de leurs chambres, Liam devient Luna. Le garçon devient fille. Un secret inavouable, chaque jour plus invivable. Pour la sœur, pour le frère, et pour Luna elle-même…

Le thème de la transexualité est très original dans la littérature jeunesse. L’intérêt de ce roman est d’adopter le regard de Regan, la soeur de Liam. Elle porte elle aussi le secret de son frère, ce qui n’est pas sans conséquence sur sa propre vie. Le récit porte une tension, une émotion qui tient le lecteur en haleine jusqu’au bout.

Julie Ann Peters, La face cachée de Luna, Milan, 2005, 9782745916846

Le chagrin du roi mort, de Jean-Claude Mourlevat

Le chagrin du roi mort. de Jean-Claude MourlevatDans un royaume du Nord imaginaire, Petite Terre, un vieux roi vient de mourir. Très vite, son neveu Gerolf, qui vit à Grande Terre, rêve de prendre le pouvoir. Deux frères inséparables, Aleks et Brisco, vivent heureux à Petite Terre avec leurs parents lorsque Brisco, qui ignore être le petit-fils du vieux roi, est enlevé par Gerolf…

Une langue limpide, un univers glacé, un récit qui mêle héroïsme et réalisme : ce roman-conte fait réfléchir sur la fraternité, la trahison, le prix de la paix.

Jean-Claude Mourlevat, le Chagrin du Roi mort, Gallimard, 2009, 9782070623877